"Fadjen, taureau anti-corrida" à la Rochefoucauld

Publié le par assofadjen

Le week-end dernier se tenait à la Rochefoucauld (16) le 2ème festival de la tauromachie avec l'association Mexico, Aztecas y Toro
Comme elle l’avait fait il y a quelques mois lors d’une conférence à Ste Eulalie (40), l’association « Fadjen, taureau anti-corrida » a décidé de s’inviter. Mais cette fois, elle a tenu à le faire à visage découvert.

C’est accompagnés par la pluie depuis plus d’une heure, que nous arrivons à La Rochefoucauld, petit village pittoresque, surplombé de son château, dont la construction commence au XIè siècle pour se finir au XVIIIè siècle.


Etant en avance de plus de deux heures sur l’horaire de la première conférence, nous décidons de faire un petit « sondage » improvisé auprès des habitants,  afin de déceler la proportion de la  population au courant de la tenue du festival. La question posée pour l’occasion étant de savoir où se trouve ce festival.
Nous constatons sans surprise qu’une écrasante majorité n’est pas au courant de son existence.
L’heure de la conférence approche, nous nous rendons donc sur place, où nous découvrons un calicot « torture, ni art ni culture ». Y a-t-il eu une action ce matin ? Quelque chose se prépare-t-il pour l’après-midi ? Nous sommes en plein questionnement, et la tension monte. Nous avons décidé de nous affirmer en tant qu’anti-corrida, nous craignons d’être pris à partie, en cas de désordre.
Nous tentons quelques coups de téléphone auprès de nos relations anti-corrida, pour savoir si quelque chose se prépare. Personne n’est au courant, nous décidons de poursuivre comme prévu.

 



L’assemblée des pro-corrida est en train de finir son repas dans le cloître, derrière la salle de conférence. Nous attendons la sortie de deux personnes que nous tenons à rencontrer avant que la conférence ne commence : le docteur Gouffrant, qui en réponse à notre lettre ouverte écrite après sa conférence à Ste Eulalie (lire ici ) avait émis le regret de ne pas avoir pu discuter avec nous ouvertement, et Julien Lescaret, torero invité d’honneur du festival.
C’est Julien Lescaret qui sort le premier. Nous l’abordons alors qu’il passe devant nous, nous présentant en tant qu’association anti-corrida. Tout d’abord un peu surpris, il accepte la discussion. Nous lui parlons notamment de Fadjen, dont il découvre l’existence. Le sujet l’intéresse, les photos montrées l’étonnent : un taureau de corrida en  Bretagne, en promenade sur une plage, servant d’oreiller à une jeune fille en longue robe rouge, voilà des images qu’il n’aurait pas pensé voir un jour. A contrario, d’autres personnes venues nous rejoindre, à qui Julien Lescaret montre à son tour les photos, se montrent totalement rébarbatives, voire hostiles : une photo de taureau paisible, couché aux côtés d’une jeune fille endormie nous semble leur faire l’effet que nous ferait à nous une photo de guerre montrant des enfants mutilés. « Ah non, ça, je ne peux pas ».
En parallèle, les photos de Fadjen au champ font l’unanimité.
La conférence commençant, et Julien Lescaret n’y assistant pas, nous en restons là.

 

                                                                 Photo innacceptable pour certains pro-corrida

Nous entrons dans la salle de conférence, et allons nous présenter au Docteur Gouffrant. Lors de la première conférence à laquelle nous avions assisté, Christophe Thomas, pour préserver son anonymat, s’était rasé la tête (voir lettre ouverte plus haut ). Son visage rappelle donc quelque chose au Docteur Gouffrant, sans qu’il puisse mettre un nom dessus.
Une discussion à bâtons rompus s’engage pendant quelques minutes, puis nous allons prendre place. Le journaliste de la Charente-Libre commencera une interview de Christophe, interrompue par le commencement de la conférence.
Quelques personnes savent déjà que des anti-corrida sont dans la salle, suite à la conversation dans le cloître, les autres vont le savoir très vite puisque le Docteur Gouffrant commencera sa conférence en présentant Christophe à l’assemblée.
A la fin de la conférence, quand les questions par le public semblent être épuisées, Christophe, président de l’association « Fadjen, taureau anti-corrida » demandera à prendre la parole quelques minutes. Jean-Michel Gouffrant l’invitera à le rejoindre sur la scène, et c’est donc micro à la main que Christophe s’adressera au public présent.
Une femme quittera la salle avant même sa prise de parole (trop dur d’écouter un anti-corrida s’exprimer ?), d’autres un peu plus tard, quand les photos de Fadjen seront à nouveau à l’honneur. Là encore, ce sont notamment les photos de la jeune fille allongée avec Fadjen et celle de Fadjen sur la plage de St Brieuc qui créeront la polémique.
Les personnes qui resteront jusqu’au bout de l’intervention de Christophe (environ la moitié) reconnaîtront apparemment la pertinence des arguments avancés, puisqu’il conclura sous les applaudissements.
La conférence étant terminée, l’interview de Christophe et de l’association « Fadjen, taureau anti-corrida » peut reprendre. Pas facile cependant de résumer en quelques phrases un engagement remontant à plusieurs années, voulant combattre la corrida d’une manière complémentaire à ce que font déjà les autres associations, et différente dans sa façon de communiquer, grâce à Fadjen.
Le journaliste a-t-il bien tout compris ? Il semblerait, d’après l’article que nous avons pu lire, que quelques points aient été légèrement mécompris.

 

                                                   Autre photo innacceptable pour beaucoup de pro-corrida

Encore quelques discussions à bâtons rompus avec plusieurs personnes de l’assistance. Nous ne sommes pas d’accord avec eux, ils ne sont pas d’accord avec nous…. le dialogue, même relativement stérile continue d’exister, c’est le plus important.

Le lendemain ont encore lieu deux conférences : « Les dessous de la corrida » et « L’avenir de la corrida : l’Amérique Latine ? »
La première nous intéresse tout particulièrement. Malgré la promesse de ne pas filmer, ni enregistrer, ni même intervenir, nous n’y serons pas admis.
La seconde, moins intéressante en ce qui nous concerne, confirmera les doutes que nous avions, quant à notre éviction de la première, par cette petite phrase lâchée par le conférencier « Il y a de l’argent qui circule par derrière dans tous les domaines, comme nous en a parlé tout-à-l’heure Michel pendant sa conférence, en parlant de la corrida ».
Il est évident que des antis comme nous n’avaient pas à écouter de telles vérités avouées.

 



Pour nous, sur le plan « relationnel », le bilan du we est positif.
Si tout le monde n’a pas apprécié notre démarche de manière égale, le plus farouche opposant au dialogue étant Mr Vidal, l’anti-corrida a pu s’exprimer ouvertement en présence de l’opinion contraire, dans une ambiance globalement cordiale. Même si le nombre de personnes assistant aux conférences était très réduit (45 personnes le samedi, 26 personnes le dimanche), nous pensons que cela constitue une « première » intéressante pour l’avenir…
Le dialogue, nous en sommes persuadés, est la clé de voûte de la lutte anti-corrida.


                                                                                    logo pour articles
                                                   

                                                    http://www.sauvons-un-taureau-de-corrida.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article